La dernière lettre
de Vassili Grossman


Mise en scène: Virginie Jortay

Avec: Georges Pradez et Suzy Falk

Décor Video :Carmen Blanco Principal
Lumière: Reynaldo Ramperssad

du 18 aux 22 décembre 2004 aux Halles de Schaerbeek


La dernière lettre
est une texte bouleversant de Vassili Grossman, extrait de vie et destin.

« Je suis sûre, Vitia, que cette lettre te parviendra, bien que je sois derrière la ligne du front et derrière les barbelés du ghetto juif. Je ne recevrai pas ta réponse car je ne serai plus de ce monde. Je veux que tu saches ce qu'ont été mes derniers jours, il me sera plus facile de quitter la vie à cette idée »

« Il est difficile, Vitia, de comprendre réellement les hommes... Les Allemands sont entrés dans la ville le 7 juillet. La radio, dans le parc de la ville, transmettait les dernières informations, je rentrais de la polyclinique après les consultations et je me suis arrêtée pour les écouter, la speakerine lisait en ukrainien un article sur les derniers combats. J'ai entendu des détonations éloignées, puis des hommes traversèrent en courant le parc, je repris le chemin de la maison en me demandant comment j'avais fait pour ne pas entendre les sirènes de l'alerte aérienne. Soudain, je vis un tank et une voix cria: « Les Allemands sont passés! ».../...


© David Marlé

Cette proposition de forme courte (1 semaine de répétition) a été faite par les Halles à 3 metteurs en scène vivants à Bruxelles. J'ai choisi, pour ma part, de travailler ce texte douloureux dans un contexte contemporain, ulcérée par les images quotidiennes que délivrent les satellites et cables d'information. Par la juxtaposition d'images de news, je n'ai pu m'empêcher de rapprocher les ghettos mais aussi la logique de ces états d'exception...

Cette proposition a aussi été pour moi l'occasion de réaliser un très vieux désir: celui de travailler avec mon père.


Des corps dans l'espace
CRITIQUE :

Avec « Différents formats », les Halles de Schaerbeek proposent en une soirée, trois courtes pièces résultant de commandes passées directement à des artistes. En espérant que des programmateurs s'y intéresseront et leur permettront de se développer.

En ouverture, Suzy Falk et Georges Pradez livrent « La dernière lettre » de Vassili Grossman. Lettre d'une mère juive russe qui décrit à son fils son arrestation par les nazis, l'enfermement dans le ghetto, la mort qui approche et l'ultime message : Vis mon fils, vis, vis toujours !

Dans un subtil jeu de va-et-vient, Virginie Jortay nous fait découvrir ce texte par la voix de la mère mais aussi et surtout par celle du fils qui semble relire cette lettre pour la millième fois, face au déferlement d'images d'actualités d'Irak, Afghanistan, Haïti...

Un texte fort que les deux comédiens livrent avec une sobriété remarquable à l'image d'une mise en scène qui s'efface derrière les mots, tout en faisant circuler les corps dans l'espace d'une manière qui n'a rien d'aléatoire... /...

Jean-Marie Wynants


 

Une production des Halles et du Groupe Kuru - Different Format - 2004