préambule

Après que tous les acteurs soient montés sur scène, ils s'en vont revêtir leurs costumes. Le Guide expose le contexte historique dans lequel la colonisation belge s’amorce,
 
Pendant que le Guide développe son exposé, La Barbiche est venu s'asseoir à la bibliothèque. Il prend la parole à son tour. Il se souvient des premières heures de l’Indépendance…
GUIDE — Mesdames et, notre visite guidée a pour but de rechercher, dans Bruxelles, les liens tissés entre la Belgique et le territoire que l’on appelait la «Belgique africaine» ou encore la dixième province, c’est-à-dire le Congo et le Ruanda-Urundi. De cette relation où rien n’est ni blanc ni noir, les traces sont, de prime abord, peu apparentes. Nous allons néanmoins tenter de découvrir ce qui se cache derrière les lieux, les monuments et les aménagements, essayer de comprendre, au miroir de cette ville, le sens de l’action des Belges en Afrique.

Quand s’amorce le processus colonial dans la deuxième moitié du 19ème siècle, la Belgique est encore une jeune nation, un état en pleine construction dont l’avènement nous est rappelé par ce monument :
la colonne du Congrès.
Une fois l’insurrection passée et l’indépendance garantie par les grandes puissances, il faut asseoir la légitimité du nouvel état.
LA BARBICHE — Belges, Belges. Ce que je vous dirais aujourd’hui, je l’ai dit en 1960. Ce n’était pas à vous que je l’adressais alors, mais aux hommes et aux femmes de mon pays. Du moins je le prétendais. Car à ce moment-là, il fallait vous ignorer, faire comme si vous n’existiez plus. Aujourd’hui, c’est à vous que je le dirais, surtout à vous, surtout à ceux qui ne voudraient pas l’entendre. Mais ouvrirez-vous vos oreilles ? Parviendrez-vous à m’entendre ?

On entend dans la bande son le discours du 30 Juin
de Patrice Emery Lumumba enregistré par l'acteur qui l'incarne:

«Nous avons connu les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des Nègres. Qui oubliera qu’à un Noir, on disait «tu», non certes comme à un ami, mais parce que le «vous» honorable était réservé aux seuls Blancs ?

Comme les autres monuments sculptés qui peu à peu envahissent la capitale et le pays, la colonne doit donner corps aux idées patriotiques, construire chez le nouveau citoyen belge une fibre nationale…/…

Le monument ne dévoile ni les difficultés politiques de la Belgique naissante, ni les enjeux économiques qui y sont liés. La reconnaissance et le soutien du pouvoir financier sont pourtant essentiels pour asseoir l’indépendance.../...

Nous avons connu que nos terres furent spoliées au nom des textes prétendument légaux qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort. Nous avons connu que la loi n’était jamais la même selon qu’il s’agissait d’un Blanc ou d’un Noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres».


LA BARBICHE — Oui, c’est ainsi que je parlais, et je parlerais encore ainsi aujourd’hui, si vous ne m’aviez pas éliminé.

Le Guide continue. Les signes .../... signifient les coupures faites ici par rapport au texte original, Ne soyez donc pas effrayés par le non-développement des idées exposées ici.

Oui, il était trop… difficile d’entendre ce que je disais alors. Aujourd’hui encore, vous avez du mal à l’entendre, hein ? Ça vous paraît un peu… fort de café, fort de cacao ? Suivez-moi maintenant, et vous comprendrez le sens de mes paroles. Il part, invitant le public à sa suite. Vous croyez connaître l’histoire ? Il y a pourtant entre cette histoire et vous tellement de voiles opaques, tellement de rideaux rouges. Vous pourrez bien m’éliminer à nouveau, m’éliminer encore, m’éliminer toujours, vous ne m’empêcherez pas de les déchirer.