Acte 1

Le Guide et La Barbiche ouvrent le rideau de scène. On entend "Indépendance cha-cha" En Belgique, assis devant leur télévision, Monsieur et Madame De Smet reçoivent le discours du 30 Juin comme une giffle.
 
Le Roi à Lunettes a été bafoué en public et s'est senti impuissant. De retour à Bruxelles, les notables se réunissent en comité de crise. Il faut éliminer La Barbiche. Le complot s'organise sur fond d'une image du Palais Royal de Bruxelles

 


MME DE SMET — A-t-on jamais entendu chose pareille, monsieur De Smet ?
M. DE SMET — Pas de mémoire de Belge, madame De Smet. Pas de mémoire de Belge.
MME DE SMET — Et tu laisses dire ça ! Qu’on insulte tes aïeux, qu’on ridiculise ton Roi, cela ne te vexe donc pas ?
M. DE SMET — Evidemment bien sûr, madame De…
MME DE SMET — Et je dis on ! Et je dis encore on ! Mais peut-on encore dire on, non ! Ce n’est pas on, monsieur De Smet, qui dit ça, c’est un nègre.
M. DE SMET — Un noir, madame De…
MME DE SMET — Un nègre, je le dis et je le redirais ! Un nègre! Quand je pense…

.../...
LA CROIX — Avons-nous quelqu’un ?
LE GLAIVE — J’ai bien un colonel qui voudrait de l’avancement…
EXCELLENCE — Moi je pourrais trouver, pour plus de sécurité, quelque évolué qui ferait sécession là où sont nos actions ?
LA CROIX — Avons-nous une carotte, un bâton pour chacun ?
LE GLAIVE — Oh, le mien aime la parure, comme tous ces gens-là… Et comme bâton, celui de Maréchal lui ira à merveille.../...

Entrent deux évolués que l'on reconnait comme étant Tshombé et Mobutu.

M. DE SMET — Tu penses donc, madame De Smet ?

MME DE SMET — Quand je pense… à tout ce que nous avons fait pour eux… Aux heures que j’ai passé à leur apprendre leurs lettres, et les bonnes manières !
M. DE SMET — Et voilà qu’ils pensent, comme toi.

MME DE SMET — Aux jours passés à aider les bons pères dans leurs oeuvres pieuses…


LE ROI A LUNETTES — Eh bien, c’est à dire…
LA CROIX — Que dans le respect du seigneur…
LA BONNE CONSCIENCE — Et des droits de l’homme…
EXCELLENCE — Et en toute discrétion…
LE GLAIVE — Nous voudrions liquider la Barbiche.
M. DE SMET — Et voilà qu’ils se croient égaux à toi devant Dieu.
MME DE SMET — Aux semaines passées à soigner leurs fièvres, leurs lèpres, leurs éléphantiasis, leurs syphilis chroniques ! Et toi qui ne fais rien !
M. DE SMET — Mais cesse donc de la ramener avec tes bonnes actions! Pense plutôt à nos autres actions, nos bonnes actions dans l’Union ! Tu veux donc les perdre avec ton ramdam ? Tu sais bien ce que sont les enfants, madame De Smet… Un peu de patience, ils font leur crise d’adolescence…
MME DE SMET — Tiens, tu es trop lâche, monsieur De Smet, ça me débecte.
M. DE SMET — Pas lâche, madame De Smet, pas lâche mais prudent, tiède juste ce qu’il faut pour ne pas se brûler. Je suis Belge, madame De Smet. Nous ne voulons pas tout perdre, n’est-ce pas ? Tout cela, j’en suis sûr, va très bien s’arranger, tout à notre avantage. Tiens, les voilà déjà qui s’occupent de nous.

Petite trompette, entrée des notables.

LE MARECHAL — Messieurs ! Comme vous y allez ! Vous savez que dans le pays, le port de la barbiche est furieusement à la mode… De plus, celui qui a lancé cette mode, est, ne l’oubliez pas, comme mon frère. Un frère, ça coûte cher.
LE ROI A LUNETTES — Nous avons de quoi payer… J’ai justement là une toque qui me vient de mon aïeul…Il exhibe une toque en léopard et en coiffe le Maréchal.
LE GLAIVE, (minaudant)
— Elle vous va à ravir ! Elle paraît faite pour vous !
LE MARECHAL (au Roi à lunettes) — Je voudrais aussi vos lunettes.
LE ROI A LUNETTES — Mes lunettes ? Mais c’est que…
EXCELLENCE — Faites ce qu’il vous demande. Ce n’est pas pour une paire de lunettes…
Le Roi à lunettes s’exécute et chausse le nez du Maréchal de ses lunettes. Dorénavant, le Roi agira en myope.
LE GLAIVE — Quant à moi, je suis heureux d’attribuer à un soldat aussi valeureux ce bâton, (Il tire de son pantalon un immense bâton et l’offre au Maréchal)
qui vous confère à vie le grade de Maréchal.
LE MARECHAL — Et pour le rôle, le rôle de la Barbiche ?
EXCELLENCE — Mais il vous revient, cela va sans dire, mon cher, vous le jouerez d’ailleurs bien mieux que lui ! .../...